Conférence sur la souveraineté alimentaire

Se nourrir : Droit ou privilège ?

Témoin des « émeutes de la faim » qui ont secoué le Burkina Faso au début de l’année, Monsieur Michaël Yanogo sera présent au Muséum d’Histoire Naturelle de Neuchâtel le mardi 21 octobre prochain à 20h00. Coordinateur du Centre Ecologique Albert Schweitzer dans son pays (CEAS-BF), il s’exprimera dans le cadre d’une conférence intitulée « Se nourrir : Droit ou privilège ? ». Organisée par l’association de soutien au CEAS, cette soirée verra également la secrétaire syndicale d’Uniterre, Madame Valentina Hemmeler-Maïga, défendre le droit à la souveraineté alimentaire, que ce soit en Suisse ou dans le monde.

Si l’augmentation des prix des denrées alimentaires est problématique en Suisse, elle l’est d’autant plus dans le Tiers-Monde. Afin de sensibiliser la population neuchâteloise à l’importance de la souveraineté alimentaire, l’association de soutien au CEAS a invité deux conférenciers de marque à débattre de ce sujet.

Responsable du Centre Ecologique Albert Schweitzer au Burkina Faso, Monsieur Michaël Yanogo présentera l’impact désastreux de l’augmentation des prix dans son pays. Il décrira comment l’insuffisance de la production de denrées alimentaires locales conjuguée à la forte hausse des prix des denrées importées (plus de 50% pour le riz en une année), a fait resurgir le spectre de la famine. Il expliquera également comment l’inflation galopante a poussé la population vers les « émeutes de la faim » du mois de février dernier. Se refusant à céder au fatalisme, son discours présentera également des solutions pragmatiques pour sortir de la crise actuelle.

Pour faire écho à cette première intervention, Madame Valentina Hemmeler Maïga, secrétaire syndicale à Uniterre, apportera un éclairage sur l’importance du droit à la souveraineté alimentaire. Elle tirera des parallèles entre la situation dans le Tiers-Monde et ce que vivent les agriculteurs suisses. La question est en effet brûlante dans notre pays également, puisqu’elle pourrait faire l’objet d’une initiative populaire. Le syndicat Uniterre, membre suisse de La Via Campesina est engagé depuis 12 ans dans la promotion du concept de souveraineté alimentaire.

Problématique globale avec des répercutions locales fortes, la souveraineté alimentaire sera dès lors abordée par des praticiens qui connaissent les réalités du terrain. Les auditeurs seront encouragés à apporter leurs points de vue et à faire part de leurs interrogations. Ils pourront également choisir de signer la pétition lancée par le Comité de Notre Jeûne Fédéral « Oui à la souveraineté alimentaire »

Neuchâtel, le 6 octobre 2008.

 

Fichier attachéTaille
Communiqué conférence souveraineté alimentaire .doc55 Ko