Un appât alimentaire pour lutter contre les mouches des fruits


En Afrique de l’Ouest, la filière de la mangue est une source considérable de revenus et un facteur de développement économique indispensable pour le pays. Malheureusement, les producteurs de mangues font face à des dégâts et des pertes très importantes. En cause : les mouches de fruits, ces petits insectes qui peuvent ravager des vergers entiers. Le CEAS, en collaboration avec de nombreux partenaires, veulent leur venir en aide en trouvant des solutions biologiques, accessibles et ancrées sur les ressources et le savoir-faire local.

 

 

La mangue, une sécurité nutritionnelle pour le pays.

Au Burkina Faso, la filière de la mangue à un poids social, économique et environnemental très important. Elle a généré plus de 28000 emplois en 2017 et contribue en grande partie à la lutte pour la sécurité alimentaire. Malheureusement, les efforts consentis au développement de cette filière sont menacés par une mouche de fruits qui met en péril l’entier du secteur.

Les conséquences sont réelles : Dans certaines mangueraies, les productrices et producteurs perdent plus de 50% de matière première. Pourtant, plusieurs techniques de lutte contre ce fléau ont été développées, mais elles ne sont pas adaptées aux besoins des producteurs et ne permettent pas une certification biologique.

Actif dans cette filière depuis 30 années, le CEAS veut soutenir les producteurs de mangue du Burkina. Pour cela, nous avons multiplié les contacts pour identifier les solutions les plus prometteuses. Notre partenaire Biovision nous a par exemple ouvert les portes du Centre International de physiologie et d’écologie des insectes au Kenya ICIPE. Il s’agit maintenant de tester, d’adapter et de diffuser les techniques les plus efficaces.

Utiliser des résidus des brasseries.

Les recherches effectuées sur place ont permis de mettre au point des appâts alimentaires fait à partir de résidus de brasserie et d’extraits de plantes locales. Avec cette solution à prix abordable, la lutte contre la mouche des fruits a une chance d’être adoptée à large échelle par les producteurs, condition essentielle si l’on veut atteindre des résultats sur le long terme.

Nous pouvons y remédier !

Développer une méthode accessible de lutte contre les mouches de fruits et assurer un avenir pour les productrices et producteurs de mangues n’est ainsi plus une utopie ! Pour ce faire, nous allons désormais nous concentrer sur la formation des producteurs relative aux approches et techniques de production et/ou d’utilisation des appâts.

Pour réaliser ce projet, en plus de nombreux acteurs locaux motivés, le CEAS collaborera étroitement avec l’interprofession mangue (APROMA-B) et l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) du Burkina Faso.

Appel aux dons 

Aidez-nous à améliorer les conditions de vie de milliers de producteurs de mangue. Sans protection, les pertes de récoltes liées aux attaques de mouches des fruits peuvent atteindre jusqu’à 80% de la production. Un don de 50.- suffit à la création de 6 litres d’appâts et permettrait de protéger le verger d’un petit producteur pendant 3 mois.

Soutenons ensemble ce type de projets !

130880436 3825088874181956 6683323603585053152 o

Restez informé !

Soyez les premiers à recevoir des informations sur nos projets

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Suivez-nous et likez-nous; merci

Site réalisé avec le soutien de

Nous soutenir

  • CEAS – Centre Ecologique Albert Schweitzer
    Rue des Beaux-Arts 21
    CH-2000 Neuchâtel

  • CPP 20-888-7

2021 © Centre Ecologique Albert Schweitzer Suisse
powered by IdealPC Sàrl