Reezo-Casamance


Objectif 5 millions d’arbres ! Le projet de reforestation le plus ambitieux que le CEAS n’ait jamais initié a été lancé le 29 septembre dernier à l’île de Carabane, en présence des autorités administratives et coutumières. Soutenu par l’Union européenne et la direction du Développement et de la Coopération Suisse (DDC), il vise à lutter contre l’érosion côtière qui menace l’existence même des 21 îles de la basse Casamance. Le projet vise aussi à offrir aux populations des îles des alternatives économiques à la surexploitation de la mangrove grâce à la création de 500 emplois verts.

 


Soutenez nos projets au Sénégal

Avec 58.- francs, vous permettez par exemple de replanter 500 m2 de mangrove. Merci de tout cœur pour votre soutien !

TWINT Montant personalise FR

Situés à l’extrême sud-ouest du Sénégal, les paysages de la Basse-Casamance sont dignes des plus belles cartes postales. Cocotiers, baobabs géants, plages de sable fin survolées d’oiseaux multicolores, tout ici fait penser au jardin d’Eden. Pourtant, le revers de cette carte postale décrit une tout autre réalité. La pression exercée par les activités humaines détruit chaque jour davantage la mangrove, ces espaces boisés de palétuviers qui ont pour particularité de pousser dans l’eau salée. Tout aussi grave, l’élévation du niveau de la mer ronge petit à petit les côtes et menace les rizières et habitations.

Depuis quelques années, l’association sénégalaise Justice et Développement prête main forte aux villageois des 21 îles de cette région. Séduit par cette dynamique locale forte, le CEAS s’est uni à eux afin de mettre en commun nos savoir-faire et nos ressources. De là est né le projet REEZO, acronyme pour « Résilience Economique et Environnementale des Zones côtières de basse Casamance ». Une abréviation oui, mais surtout un leitmotiv : travailler en réseau et appuyer les initiatives locales en matière de protection de l’environnement et de développement d’emplois verts. Ce réseau vient d’ailleurs de se formaliser lors d’une assemblée générale qui a réuni des représentant.e.s de chaque île : une première pierre marquante posée par le projet. « Cela permet d’avoir un interlocuteur légitime pour les 21 îles », commente Boubacar Demba BA, en charge du projet pour le CEAS.

Le réseau des îles de la Basse-Casamance pour la gestion intégrée des zones côtières (RIBC-GIZC) est par ailleurs membre du Comité de Préservation des Ecosystèmes Locaux (COPEL) dont font notamment partie des services de l’Etat comme les Eaux et Forêts ainsi que d’autres acteurs de la société civile. C’est ce COPEL qui décidera des choix des activités prioritaires, des zones et des espèces à replanter par exemple. « Nous veillons particulièrement à la communication avec les insulaires. Ici, si tu fais quelque chose que les communautés ne comprennent pas, elles se désengagent très rapidement » ajoute Boubacar Demba BA.

Cette communication justement, elle a été particulièrement soignée pour cette journée de lancement. Plusieurs personnalités se sont ainsi succédé, dont Mme Dorota Panczyk, cheffe de la Coopération de l’Union Européenne au Sénégal, partenaire principal du projet. Aux discours se sont ajoutées des scènes de théâtres jouées par les jeunes des îles sur des thèmes environnementaux : protection des végétaux, gestion des déchets, utilisation efficiente de l’énergie, autant de thèmes traités avec humour et talent. La musique ne fut pas en reste, avec des chants et des danses composés par les femmes des villages de l’île de Boune.

« Je pense que la population était particulièrement motivée car le lancement s’est fait après que les premières activités ont eu lieu », précise Ndeye Fatou Faye, coordinatrice du CEAS au Sénégal. « 25 hectares de palétuviers et d’espèces forestières (Gmelina, Eucalyptus, Filao, Datarium senegalens, …) ont en effet déjà été replantés durant l’été. De même, des séchoirs et fumoirs à poissons sont en cours d’installation : cela prouve aux populations qu’il y a du concret ! »

 

Restez informé !

Soyez les premiers à recevoir des informations sur nos projets

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Suivez-nous et likez-nous; merci

Site réalisé avec le soutien de

Nous soutenir

  • CEAS – Centre Ecologique Albert Schweitzer
    Rue des Beaux-Arts 21
    CH-2000 Neuchâtel

  • CPP 20-888-7

2022 © Centre Ecologique Albert Schweitzer Suisse
powered by IdealPC Sàrl